Menu

Quatre zoulous belges au Yosemite

  • Écrit par Quentin Coster
1 1 1 1 1 Evaluation 5.00 (6 Votes)

L'équipe de choc sous la fameuse paroi d'El Capitan<br />© Adam OndraAprès 2 années, quelques petits trips en falaise et quelques blocus (qui seront les derniers), nos quatre zoulous se sont rendus au Yosemite (USA) pour une nouvelle aventure qui leur en a fait baver. Sébastien Berthe, Florian Delcoigne, Merlin Didier et Lucas Nyssens sont en effet partis fin septembre pour leur rite de passage sur les grandes parois du Yosemite.

 

Un mois pour Merlin et Lucas, deux pour Seb et Flo : voilà de quoi bien s'amuser ! 

Après avoir installé leur campement au mythique Camp 4 encouragé par le beau temps du mois d'octobre, ils commencent fort avec quelques classiques bien connues.

Après une première journée de repérages et de bloc dans la vallée, ils attaquent "The Cobra". Voici quelques impressions :

On venait d'arriver dans la vallée et après une nuit complète de file (22h->9h) afin d'avoir notre emplacement au Camp 4, ça nous a fait du bien de se dérouiller un peu dans les blocs à proximité. Nous nous étions bien entendu fort entraînés pour ce voyage : longueurs et douloureuses séances de pompages à Entre Ciel et Terre suivies, Louvain-la-Neuve oblige, de quelques contrats de traction sur les tuyaux de La Casa. Donc après avoir testé notre entraînement sur les blocs, on a été obligé de montrer aux ricains comment les belges font la fête. Le lendemain, 10h... Réveil aux petites heures afin de se lancer dans "Serenity Crack". Vu le monde dans la voie déjà à cette heure, on se lance dans une autre voie à proximité : "The Cobra", une variante de "Royal Arches". Dans cette voie, en plus de faire l'expérience de la grimpe yosemitique et de finir à la lueur de la lune, on apprend la signification de run-out (grande avancée sans pouvoir mettre de protection dans le rocher). En définitive, que du bonheur tout au long de cette variante peu parcourue mais oh combien intéressante pour commencer à se forger un petit caractère :)

 

Échauffement dans le mythique bloc de Midnight Lightning (V8)<br />© Florian Delcoigne C'est parti pour les grandes parois !<br />© Merlin Didier Sébastien dans "The Cobra"<br />© Once Upon a Climb Quelle ambiance !<br />© Once Upon a Climb

Florian dans "The Cobra"<br />© Sébastien Berthe Au Yosemite il ne faut pas avoir peur du vide<br />© Sébastien Berthe Lucas en action dans les cheminées de Steck-Salathe !<br />© Once Upon a Climb

 

Après s'être remis de leurs émotions, les voilà repartis pour un entrainement de cheminées dans la voie Steck-Salathé ouverte en 1950 par Allen Steck et John Salathé, deux légendes du Yosemite. Une description sur le site web de camp2camp donne une idée du style : "Rite initiatique pour tout grimpeur qui veut devenir un "true yosemite valley climber"; c'est une voie fantastique, à la fois convoitée et crainte de part son caractère... une longue succession d'offwidth et de cheminées."

La chaleur se faisant insoutenable dans la vallée, c'est la "Regular North West Face" (RNWF) du Half Dome qui passe ensuite à la casserole. Encore quelques impressions de Flo dans cette voie :

Nous sommes partis la veille de l'ascension afin de dormir au pied de la face pour commencer la voie avant les premières lueurs. Après cette longue nuit, l'horrible sonnerie de la montre sonne le début de l'aventure. Avec Seb, on est parti les premiers pour trouver la voie ; Merlin et Lucas ont perdu au pierre-papier-ciseaux et ont donc eu le privilège de hauler (monter) le petit haulbag qui contient deux sacs de couchage pour passer la nuit au sommet.
Les premières longueurs ne sont pas très dures mais on prend un certain temps à se réveiller. On arrive ensuite à une intersection où la variante en libre que nous suivons part sur la gauche. Ces quelques longueurs d'escalade / jardinage nous mènent à une traversée très peu visible et, n'ayant pas nos lunettes avec, l'inévitable se produit. Nous voilà coincés sur la pointe tranchante au sommet d'une écaille. Quelques rappels, bouts de corde, coinçage de corde et autre manip' dignes de deux moniteurs bien entraînés ;) nous voilà arrivés sur la Robbin's Traverse qui n'est plus. En effet, en juillet 2015, une écaille de 60 mètres a dégringolé de la face laissant quelques dizaines de mètres lisses comme un miroir. Deux longueurs en artif obligatoires nous amènent sur le fameux lancer de nœud. Depuis cet incident de 2015, la 11e longueur de la RNWF consiste en un très fin dièdre qui finit sur deux points. De là, il faut se faire descendre d'un ou deux mètres afin de pouvoir lancer un gros nœud de corde dans un fissure à environ 7 mètres avant de traverser sur cette corde alors coincée. Quelques longueurs aussi chouettes les unes que les autres se suivent alors et déroulent bien avant d'arriver à la Big Sandy Ledge, 16e longueur. Ayant perdu un peu de temps à jouer avec les cordes et à passer entre les plantes, on décide de bivouaquer sur cette belle terrasse pour reprendre la grimpe le lendemain sous le soleil. La suite de la voie est magnifique mais également plus dure que le début : que du plaisir ! Et c'est donc avec hâte que nous atteignons le sommet, noyés par les questions des touristes qui font des poses acrobatiques sur le bord du sommet."

Pendant les jours qui suivent, la fine équipe profite de sont temps libre pour faire un peu de bloc, de couennes et de classiques comme Astroman.

 

Au sommet du Half Dome<br />© Once Upon a Climb Florian "se repose" dans la vallée avec "King Cobra" (V8)<br />© Once Upon a Climb Sébastien dans "Bachar Cracker" (V4)<br />© Once Upon a Climb "Hand Jamming" pour Merlin dans "Bachar Cracker" (V4)<br />© Once Upon a Climb Florian tente le même bloc en dülfer<br />© Once Upon a Climb

 

Il est ensuite déjà temps pour eux d'attaquer le monstre : El Capitan et le "Monster Offwith" de la voie "Freerider". 

Nous voulions partir pour quatre jours sur El Capitan, cependant quatre hommes ne peuvent y survivre seul. On a donc été contraint de trouver une femelle pour allumer le JetBoil et nous cuisiner des bons plats. Fort heureusement, Louisa (une allemande rencontrée dans une cheminée du Half Dome) était très motivée à relever ce défi avant de repartir cuisiner ses strudel. Nous voilà donc partis à 5 pour quatre jours en paroi sur El Capitan ; bien lourds avec nos 2 grands haulbag remplis de chocolat et de bière. Sur ses 35 longueurs, seulement deux ne seront pas passées à vue. Malheureusement, les heures étant comptées, il était difficile de commencer à s'attarder au travail des longueurs. Sébastien, en enchaînant le Monster Offwith de nuit, fait peur aux autres cordées qui nous laissent passer. Une cordée nous donne également toute son eau/nourriture avant de redescendre tellement elle est effrayée.

 

"Freerider" sur El Cap Spire<br />© Once Upon a Climb Flo et Lucas dans "Freerider" à la longueur 22<br />© Once Upon a Climb Lucas dans "Freerider"<br />© Once Upon a Climb Louisa dans "Freerider"<br />© Once Upon a Climb

 

A l'heure qu'il est, Merlin, Lucas et Florian sont rentrés en Europe ; des rumeurs courent disant que ce dernier a eu peur de rester après s'être coincé dans une cheminée, ou peut-être qu'une mauvaise chute eut raison de lui. Sébastien continue le travail : quelques jours de bloc à Bishop pendant que des pluies torrentielles inondaient la vallée ; et retour (non sans mal) dans la vallée pour partir pour un nouveau push sur El Capitan.

Après six jours en paroi, il réalise la première répétition de la "Free Heart Route" (5.13b/8a, V10). Voici ses premières impression à chaud : 

Après avoir passé 6 jours sur le mur, j'ai réalisé la première répétition en libre de la " Free Heart Route" (5.13b V10) sur El Captian ! Il s'agit sans aucun doute de la plus belle réalisation de ma vie de grimpeur ! Durant 6 jours, j'ai frôlé avec mes limites physiques et mentales et chacune des longueurs a été un combat intense. Avec ses 31 longueurs dont 8 en 5.13 (8a en cotation française) "Free Heart Route" est une voie de 1000m en plein milieu d'El Cap libérée en juin 2015 par Mason Earle ! Exigeante dans tous les styles, j'ai duû recruter tout ce que j'avais en moi pour en venir à bout.
La longueur crux (la 6e) consiste en un méga jeté acrobatique sur le coté (évalué à V10, 7C+ bloc) suivi d'une dalle super technique ! La 7e longueur (5.13a) est de nouveau une dalle très exigeante (p-e la plus dure de ma vie) qui aura eu raison de ma peau et mes orteils. Les 14e, 15e et 16e (cotées 5.13b) sont très raides et dures dans tous les styles (du lay back très physique dans un toit, en passant par des pas de blocs en compression sur une arrête, ou une fine fissure à doigt ou encore dièdre avec des pieds plus haut que les oreilles). Les longueurs 21, 25 et 26 (cotées 5.13a) se grimpent dans un style physique et européen. Le reste de la voie est constituée d'offwidth, cheminées et fissures à main qui en font une pure voie Yosemitique ! Je ne serais jamais arrivé au bout de cette voie mythique sans l'aide de Simon Castagne qui a tout donné pour l’enchaînement (assurage, encouragements, portage, privation d'eau, haulage, déshydratation, manque de sommeil, photos, et j'en passe...). Merci ! Merci aussi à Mason Earle et Brad Gobright pour le boulot de fou (projet long de 5ans) dans cette voie !.

 

Sébastien dans "Free Heart Route"<br />© Simon Castagne Sébastien dans la traversée de "Free Heart Route" (A5)<br />© Simon Castagne Sébastien dans la traversée de "Free Heart Route" (A5)<br />© Simon Castagne Sébastien et Simon au sommet de "Free Heart Route"!<br />© Simon Castagne

 

D'autres nouvelles et de nouvelles images devraient tomber dans les semaines à venir sur leur page facebook. Mais également un article original agrémenté de photos exclusives dans le prochain numéro du magasine belge "Par Monts et par Vaux".

Merci à nos partenaires et sponsors qui ont pu nous fournir le matériel nécessaire à une telle aventure! Le Club Alpin Belge et Lecomte Alpirando pour le matériel sans quoi on aurait du grimper en solo comme Honnold. Escal'padesRêvolution Climbing Team et Start Today pour avoir essayé de nous rendre fort. Et enfin Scarpa pour les chaussons de Sébastien qui aura eu besoin de toutes ses paires pour arriver au bout de ces beaux projets !

Ajouter vos commentaires

0 / 500 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 10 et 500 caractères
conditions d'utilisation.

Commentaires

  • Aucun commentaire trouvé

Populaires

  • Aucun commentaire trouvé