Menu

Peak and Love

1 1 1 1 1
 
Partis au Peak District le temps d'un long weekend, Quentin Coster, Cyril Lapka et Nicolas Farcy se sont pleinement immergés dans l'ambiance de l'escalade traditionnelle, de la bière et des moutons britanniques. Pour deux d'entre-eux, ce fut leurs premiers pas sur coinceurs et leurs premières sensations dans un style tellement différent de l'escalade sportive, plus stressant et pourtant si prenant. Le coeur bien accroché, ce fut l'occasion de dépasser ses propres limites, celles de la peur, de l'engagement et du contrôle de soi. Partis avec une simple caméra, ils nous sont pourtant revenus avec de très jolies images à découvrir sans plus attendre.
 
Merci pour le soutien du Club Alpin Belge sans qui ce séjour n'aurait probablement pas été possible.


Ajouter vos commentaires

0 / 500 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir entre 20 et 500 caractères
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation

Commentaires (4)

  • Super votre vidéo, ça donne vraiment envie d'y aller! Superbes fissures!

  • Excellente vidéo ! Le montage est vraiment bien foutu. Les images s'enchainent et on ne s'embête pas à voir les différents passages. Bref, génial.

    Par contre les cotations ont l'air bien chaudes! Ca correspond vraiment à du 5c ce que vous avez fait à la fin??

  • Hello Greg,

    Merci pour le petit commentaire :P

    Pour le niveau des voies, prenons l'exemple de "Time For Tea", E3/5c à Millstone Edge. Le "E" est la cotation d'engagement. Plus c'est élevé, plus l'engagement est élevé et le risque de se blessé aussi... Le 5c représente la niveau physique de la voie, mais ne correspond pas aux cotations françaises. Les voies les plus dures en trad atteignent E../7b ce qui correspond environ à du 8b/c français. Donc E3/5c vaut environ 6b/+ français.

    Souvent, les deux cotations (E et niveau) sont combinées pour donner une appréciation générale de la voie. Pour simplifier, des correspondances avec la France ont été établies pour se faire une idée du niveau, mais c'est souvent assez aléatoire puisque il est très difficile de juger l'engagement et la prise de risque. Donc en trad, c'est souvent la voie elle-même qui sert de "standard" pour évaluer la difficulté.
    Exemple: "Gaia" au Peak district est cotée E8/6c (environ 8a/+ français). Bien que le niveau physique n'est pas extrême, l'engagement (E8) lui par contre l'est, avec un retour au sol très probable... La combinaison des deux cotations (difficulté mentale ajoutée à la cotation physique) rend la voie très dure à réaliser. En Angleterre, "Gaia" est connue comme une voie mythique très dure, qui pourtant n'a pas l'air si l'on s'arrête juste à la cotation française correspondante.

    J'espère que mes explications ne ressemblent pas trop à de la soupe et que j'ai pu un peu t'éclairer :D

  • Merci pour ces explications. Je comprend un peu mieux le fonctionnement des cotations anglaise actuellement :) en tout cas c'est plus clair que de me montrer une "bête table de correspondance" qui ne voudrait pas dire grand chose en fait. Donc effectivement, la question de l'engagement est important, et je comprend très bien ça : j'aime pas engager et je peux tout à fait comprendre que c'est un paramètre à prendre en compte dans les cotations

Populaires

  • Aucun commentaire trouvé